AG 2020 de l’UJSF Ouest (8 janvier à Nantes)

Dans une impasse…

AG 3

L’assemblée générale annuelle de la section Ouest de l’UJSF s’est tenue le mercredi 8 janvier 2020 à Nantes dans les locaux du Club Pernod.
Un grand merci à Frédéric Zavagno qui nous recevait pour la dernière fois dans ce très bel hôtel privé de la rue Roi-Albert qui sera probablement vendu suite à la fusion des société Pernod et Ricard.

Membres présents : Philippe AUDOUIN, Luc BESSON, Stéphane BOIS, Victor BOLO, Raymond BOUDET, Bernard BRUNEL, Christian CHERON,  Loïc FOLLIOT, Max FOUGERY, André GARCIA, Charles GUYARD, Benjamin IDRAC, Loïc MATHIEU, Serge MESSAGER, Christophe PENVEN, Jean-Claude VIRFEU.

Représentés avec pouvoir : Olivier ABAUTRET, Pierre GADBY, Raymond HORVAIS, Michel LE MOUEL,

 

Mot de bienvenue du président, Stéphane BOIS

Chers amis,

Bienvenue à Nantes en cette nouvelle année. Je vous adresse tous mes bons vœux, que 2020 vous apporte joie, bonheur et satisfaction.

Nous voici réunis aujourd’hui pour une assemblée générale élective. Il s’en est passé des choses en quatre ans. Beaucoup de choses pour notre Union. Cette Union, nos aînés lui ont donné vie, lui ont donné forme pour permettre à chacun d’entre nous de travailler dans des conditions garantissant une certaine idée d’indépendance, de ton aussi.
Je n’aime pas le mot « combat » mais cultiver, entretenir ces valeurs, c’est pourtant bel et bien en combat. C’était vrai aux origines, c’est vrai aujourd’hui plus encore. Sur le plan technique, l’UJSF offre un service incomparable avec sa plateforme accréditive. On a professionnalisé un outil mais nous ne sommes que des bénévoles attachés à des valeurs. L’obtention des cartes Sport Presse par le net a coupé, comme on le craignait et le redoutait, le lien qui nous unissait, qui faisait notre force sur le terrain. On a perdu cette convivialité. C’est dans l’air du temps avec un métier de plus en plus prégnant, en pleine évolution de par le digital et cette information qui se traite presque au kilogramme.
Pour un peu, j’aurai presque l’impression d’être arrivé dans une impasse. Nous ne sommes pas très nombreux aujourd’hui si je me réfère aux 272 membres que compte notre section. Mais nous sommes encore là, suis-je tenté de dire. Je remercie les syndics qui font un travail formidable car je sais le temps que cela prend. J’ai encore envie d’y croire, de me dire que l’on a notre place, nous, les sections régionales dans une organisation par définition centralisée. Sans relais locaux, l’UJSF ne peut exister. J’ai envie de rester ce relais contre vents et marées. La politique de la chaise vide ne me plaît pas et j’ai envie de voir l’Union perdurer à l’Ouest et ailleurs.

Rapport moral du secrétaire général Jean-Claude VIRFEU

C’est un rapport moral des plus succincts que je vais vous faire cette année. Probablement le plus court de toute mon activité au sein de l’UJSF.

Je n’ai en effet pas grand chose à ajouter aux propos de mon président. Il faut bien reconnaître que l’UJSF est aujourd’hui en crise et que notre association, hormis la délivrance de la carte Sports Presse, sésame pour accéder aux enceintes  sportives, n’intéresse plus grand monde.

A chaque AG, nous faisons le même constat et essayons de comprendre pourquoi. Il y a bien sûr cette pression de plus en plus forte faite par les employeurs sur les journalistes de la presse écrite auxquels on demande toujours plus.
Concernant nos assemblées générales, à la demande de plusieurs confrères, nous avons modifié leurs jours et dates. De la traditionnelle veille du 1er mai, on est passé au samedi puis à des jours en semaines. Dans les grands centres que sont Rennes et Nantes. Mais rien ne change. Aujourd’hui, sur les 272 consoeurs et confrères membres de la section Ouest, nous ne sommes qu’une quinzaine de journalistes présents aujourd’hui dont près de la moitié de retraités.

Alors, faut-il continuer ? Plus que je jamais il faut se poser la question. D’autant plus que les sections qui furent longtemps la force de notre union ne comptent plus beaucoup. Depuis maintenant quatre ans, confrontés à de gros problèmes financiers, le National ne rétrocède plus aux sections la quote-part qui leur revenait des adhésions des journalistes. Hormis le remboursement des frais des  dirigeants se rendant aux comités directeurs nationaux, nous n’avons plus aucuns revenus. A force de pleurer nous avons obtenu une avance de 1 500 € en 2018 et de 2 000 € début 2019. Bien loin de la somme estimée à plus de 20 000€ qui, compte tenu du nombreux des adhérents à l’UJSF dans l’Ouest, nous est due depuis quatre ans.

Dans ces conditions nous avons été contraints de nous serrer la ceinture et de limiter nos déplacements et nos actions.

Regrettable encore de voir que le prix LCL UJSF du meilleur article et de la plus belle photo de sport qui avait succédé au Prix Martini ait pris fin voilà quelques mois suite au désengagement de la banque qui le patronnait ! On aurait peut-être pu essayer de le maintenir à l’échelon régional mais sans moyens, comment faire ?

Pour nous, dans l’Ouest, ce prix a toujours été prisé des journalistes et tous les deux ans nous mettions un point d’honneur à l’organiser de la meilleures manière afin de faire du prosélytisme et mettre en avant l’UJSF auprès des partenaires économiques et politiques de la région. Tout cela est hélas mort, comme l’élection du meilleur sportif de l’année. Nous sommes le 8 janvier et, à l’échelon national, personne ne s’est penché sur la question. Aucune consultation n’a été faite dans les régions et le comité directeur national programmé le 15 janvier a été annulé suite à une indisponibilité du secrétaire général national.

En fait, la seule action menée cette année par l’UJSF Ouest a été l’organisation, en collaboration avec l’Automobile Club de l’Ouest, du Prix ACO-UJSF de la communication récompensant le meilleur communiquant des 24 Heure du Mans. Le jury, composé de journalistes internationaux, a ainsi récompensé  le Belge Serge Vanbockryck (Communication Corvette Racing).

Voilà où nous en sommes. Et maintenant il va falloir prendre des décisions.

Après cette AG, et sans nouveau virement du National, il nous restera moins de 1 000 € pour terminer l’année.

N’ayant plus de relations avec l’ensemble des journalismes de l’Ouest renouvellement leur carte « Sports Presse » directement sur internet, , n’ayant plus les moyens de se déplacer pour rencontrer les syndics, la section Ouest a-t-elle encore un avenir devant elle ? Je n’en suis pas sûr.

Dans ces conditions ne vaut-il pas mieux arrêter les frais et laisser au «National » la gestion totale des journalistes et des syndics de Bretagne et des Pays de la Loire ? Le débat est ouvert…

Rapport financier du trésorier, Christian CHÉRON

Solde 2019

– Avance cotisation National UJSF : 2 000,00 €
– Remboursement National frais déplacement Comités directeurs : 700,00 €
– Solde compte livret : 196,55 €
– Dépenses 2019
(Déplacement CD et divers, site internet, frais AG, etc.) – 2 322,78 €
Bilan 2019 : + 573,77 €
Solde compte LCL au 8/01/2020 : + 1 264,82 €

 

Débat

Après avoir entendu les rapports du président, du secrétaire général et du trésorier, les journalistes présents prenaient la parole et donnaient leur point de vue sur la crise traversant l’Union.

Max FOUGERY : « Vous dite que vous n’avez plus de contact avec la base  mais c’est normal puisque l’on a laissé le « National » gérer les adhésions des sections. On ne contrôle plus rien. Et on voit maintenant le résultat ! Nous n’avons plus de moyens financiers, plus de dirigeants voulant s’investir. On a tout faux sur toute la ligne. Auparavant, l’ancrage local de l’UJSF justifiait la pertinence de son action. Ce n’est plus le cas aujourd’hui… »

Charles GUYARD : « La situation est de plus en plus compliquée pour les journalistes. Nous n’avons plus le temps d’aller sur le terrain. Comment s’investir davantage ! Attention également à la trop grande rigidité des syndics nationaux se déplaçant en région. On a encore eu le cas, récemment à Nantes lors d’une rencontre de l’équipe de France de basket… »

Christophe PENVEN : « Il y a une chose qu’il faut sauver c’est le syndic dans les stades. Il a un rôle primordial. »

André GARCIA. « Tout à fait d’accord. La    seule chose qui reste c’est le syndic. Ça a toujours été la base de l’UJSF. Et une nouvelle fois je regrette que l’on ait retiré le « S » de USJSF. L’Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France voulait dire quelque chose. »

Stéphane BOIS. « On n’avance plus, c’est vrai. On est dans l’impasse et on n’est pas prêt d’en sortir. Mais je pense qu’il nous  faut quand même continuer. La politique de la chaise vide et abandonner la section au « National » ne serait pas une bonne chose à mon sens. »

Max FOUGERY : « Moi non plus je ne suis pas un adepte de la chaise vide mais je suis sans illusion pour l’avenir… »

Après une bonne demi-heure de débat, la décision était prise. La section ouest de l’UJSF poursuivra sa mission. Avec ses petits moyens. Tant qu’elle le pourra. Après….

Le tour des salles et des stades

Angers : Pas mal de problèmes dans les espaces presse du Stade Raymond-Kopa : gamins qui traine dans les couloirs de la zone mixte, caméras des « médias club » qui obstruent la vue des journalistes en tribune de presse, etc. Une reprise en main est nécessaire.

Nantes : RAS

Rennes : Le Stade rennais ne respecte pas les règles de la zone mixte. C’est le service communication du club qui désigne les joueurs devant parler aux journalistes. Nécessité de réexpliquer les règles à la direction de la communication en précisant que ce sont les journalistes qui choisissent les joueurs à interviewer.

Brest : RAS

Guingamp : RAS 

Le Mans : RAS

Lorient : Les joueurs passent très peu en zone mixte. Une piqûre de rappel est nécessaire.

Désignation des syndics pour cette fin de saison et la saison prochaine

ANGERS (Football L1) : Gildas Crozon (Le Courrier de l’Ouest)
ANGERS (autres disciplines) : Gildas Crozon (Le Courrier de l’Ouest)
BREST (Football L2) et autres disciplines : Yvon Joncour (Honoraire), Guezennec et Moizan (Ouest-France)
CHOLET (Basket Pro A) : Julien Hippocrate (Ouest-France)
CONCARNEAU (Football National) : Luc Besson (Le Télégramme)
GUINGAMP (Football L1) : Alain Koualef (Ouest-France) et Laurent Rivier (Le Télégramme)
LAVAL (Football National) et autres disciplines : Gildas Menguy et Thierry Ruffat (France Bleu Mayenne)
LE MANS (MMArena) :  Christian Chéron (Le Maine Libre), Stéphane Bois (Ouest-France)  et Jean-Claude Virfeu (Honoraire)
LE MANS (Antarès Basket Pro A) : Stéphane Bois et Philippe Panighini (Ouest-France), Raphaël Caillaud (Le Maine Libre)
LORIENT (Football L1) : Anne Paulou et Arnaud Le Sauce (Le Télégramme)
NANTES (Football L1 et autres disciplines) : Charles Guyard (Sun Radio), David Phélippeau (20 minutes), Simon Reungoat (Hit West), Olivier Cailler (Télé Nantes)
QUIMPER (Basket) : Luc Besson (Le Télégramme)
RENNES (Football L1 et autres disciplines) : Christophe Penven, Benjamin Idrac et Mathjieu Coureau (Ouest-France)
SAINT-BRIEUC (tous sports) :  François Le Diffon (Ouest-France) et Laurent Rivier (Le Télégramme)
SAINT-NAZAIRE : Max Ponroy (Honoraire)
VANNES :  Chloé Lebouchard et Francis Salaün (Honoraire)
Syndic PHOTOGRAPHE  Grand Ouest: Vincent Michel (Indépendant)

 

Questions diverses

Convention UJSF-Ligue national Handball. André Garcia, syndic à Cesson-Sévigné a évoqué les grandes lignes de cette convention signée fin décembre. « Elle n’est pas encore satisfaisante, explique Dédé. Mais elle évoluera pour la saison prochaine. Elle a en tout cas le mérite d’exister et c’est mieux que rien. »

L’AG 2021 lors d’un derby entre le FC Nantes et le Stade Rennais ?

C’est une proposition de l’un des confrères présent à l’AG pour essayer d’attirer plus de monde à notre rendez-vous annuel. Une idée à creuser lorsque nous connaitrons de la calendrier de la Lige 1 en juin prochain.

Frais kilométriques

Comme chaque année, le calcul des frais de remboursement des trajets pour les organisateurs de manifestation sera basé sur le barème kilométrique (voiture 6 cv), diffusé par le ministère des finances.

Renouvellement du nouveau conseil d’administration

En plus des « sortants », Luc Besson (Le Télégramme), Stéphane Bois (Ouest-France), Christian Chéron (Le Maine Libre) et Jean-Claude Virfeu (Honoraires), un seul candidat, André Garcia (Honoraire) au conseil d’administration de l’association

A l’unanimité ces cinq candidats étaient réélus et après réunion de ce nouveau conseil s’administration, Stéphane Bois était réélu, à l’unanimité, pour quatre ans à la présidence.

Le nouveau bureau :
Président : Stéphane BOIS
Vice-présidents : Luc BESSON et André GARCIA
Secrétaire : Jean-Claude VIRFEU
Trésorier : Christian CHERON.

Débutée à 17h15, l’AG était close à 19h.

AG2

Print Friendly